Langues Kanak au lycée

Les langues Kanak au lycée.

Co ule tedren’ore lanengoce ni ej.

Nidi ace co carajewe ke eje ko, ore lanengoc , melei se omen’ore la ciroi nore se nod, ka deko ma ekowesese ne il’ore ta conod’osoten. Se inomelei kore Pene Nengone, lanengoce ni si Nengone.
Eje sese ci rowone ko ore eziene ci goc, ka ore nodei reteneje ci yeno, ha deko ma nidi thuni co pene nengone wen’ore buice ci yenonedi ore se lanengoce me aceni : ore laciroi ne lanengoce, ci yenone ri gure eberedro sen’ore nodei awamohma.
Koiko ngei eje sese me ci alane ko ore lanengoce ni eje co serepodeko ri ta eziene ci hueyo, roi kore ehna morowe eje co yenone co xiwamomo, co yeye, ca ngei me co thuthuron’ore ta uane ri lanengoce ni ej.
Ci uroione ko ore Pene Nengone, deko co tako sen’ore ta Si Nengone, sen’ore ededo, hnen’ore hna yeno.
Haathua

Hmekëne jë la itre qene zii së .

Nyipi ewekë troa atre laka sisitria la itre qene hlapa ne la nöjei atr asë. Celë hi ketre mo ka tru qeqene. Tune la qene Drehu ngöne la hnapeti së e Drehu.
Ngöne la itre hnedrai enehila, easë öhn laka ame la itre nekö së ka ini, tre, thatreine kö angatr qene Drehu hnyiawa. Pine laka angatr a inine la itre xaa pengöne aqane ithanata ngöne la uma ne ini.
Ame ekö, hnëqa ne la keme me thine troa inine la qene hlapa kowe la kuku ngöne la hnalapa maine pena ha ngöne la göjenyi ne tro helep me itre xaane ju kö.
Ame enehila thaa öhne hë së la itre ewekë celë. Hawe maine easë a ajane troa xome cilëne la qene hlapa së, tre, nyipi ewekë tro la itre nekö së a cinyihane me e la itre itus maine cinyihane la itre mekune i angatr ngöne la qene zii angatr.
Troa mejiune laka thaa tro kö a paatr la qene Drehu thene la itre atre ne Drehu jëne la ce tro ne la uma ne ini memine la itre ini hna hamëne ngöne la hnalapa.
Oleti, ase hë !


Dans la continuité de l’école primaire, les finalités de l’enseignement des langues kanak au collège et au lycée participent de l’Accord de Nouméa (5 mai 1998) qui dispose que "les langues kanak sont, avec le français, des langues d’enseignement et de culture".

En Nouvelle-Calédonie, on recense 28 langues kanak réparties dans les 8 aires coutumières de la Grande-Terre et des Iles Loyautés (Hoot-Ma-Waap, Paicî-Cèmuhi, Ajie-Arhö, Xârâcuu, Drupea-Kapone, Drehu, Nengone, Iaai) dont 4 langues (Drehu, Nengone, Ajie, Paici) sont officiellement enseignées dans les lycées.

L’article L. 312-10 du code de l’éducation à réaffirmé la possibilité de dispenser un enseignement des langues et cultures régionales tout au long de la scolarité dans les régions où celles-ci sont en usage. L’enseignement des langues et cultures régionales favorise la continuité entre l’environnement familial et social, et le système éducatif, contribuant à l’intégration de chacun dans le tissu social de proximité.

Au lycée du Grand Nouméa, l’enseignement des langues mélanésiennes (Drehu, Nengone) poursuit un triple objectif : objectif de communication, objectif culturel, objectif linguistique.
Pour atteindre les objectifs fixés, les programmes de lycée offrent des orientations communes à l’ensemble des séries, avec un contenu pour chacune des langues mélanésiennes étudiées, plus orienté localement en classe de Seconde, plus ouvert à l’ensemble mélanésien en classe de Première et au monde en classe de Terminale.

Programme commun à toutes les langues kanak enseignées :

  1. Langue
  2. Littérature
  3. Culture
  4. Civilisation

En classe de Seconde, il s’agira avant tout de favoriser une maîtrise de la langue courante à l’oral comme à l’écrit, et d’approfondir les connaissances sur la langue, la culture et l’histoire régionales.

En classe de Première, les objectifs des classes de Seconde, restent valables ; cependant on mettra un peu plus l’accent sur le commentaire analytique (par l’étude de textes), les traits culturels propres aux Kanak et on cherchera à éveiller le sens critique des élèves vis-à-vis de la société étudiée.

En classe de Terminale, on privilégiera la créativité et l’expression écrite, préalables à une production littéraire post-scolaire ; les traits culturels propres à la Mélanésie et au monde océanien seront également abordés.

Les épreuves de langues régionales au baccalauréat :
Les coefficients varient selon l’option choisie à l’épreuve (obligatoire ou facultative) et selon la série.
La note obtenue à l’issue de l’épreuve de langue régionale au baccalauréat permet aussi aux locuteurs confirmés d’obtenir une bonne note et, de ce fait, de bénéficier de points précieux pour le résultat final.

Oleti atraqatr ! Ci nidi oreon !

Mise à jour : 10 décembre 2009

Imprimer la page Modifier la taille des caractères Modifier la taille des caractères
Dans la même rubrique